Collectif sécu des quartiers nord de Marseille

Défendons la sécu

 

Lettre aux élus 25 avril, 2011

Classé dans : courriers, comité de soutien,tous les articles — collectifsecuquartiersnord @ 8:48

Les employés des centres de Sécurité Sociale des quartiers nord de Marseille s’adressent aux élus des 1er /2éme /3éme /14éme /15éme et 16éme arrondissements.

 

                                                                       Marseille le 12 avril 2011

 

Mesdames et  Messieurs les Députés,  Conseillers Généraux et Maires de secteurs,

 

            Les organismes de Sécurité Sociale n’échappent pas à la politique de réduction des dépenses qui frappe l’ensemble du secteur public et qui, peu à  peu, prive les services publics des moyens nécessaires à l’exercice de leurs missions.

Ainsi, au nom de la réduction des coûts de gestion, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie programme le remplacement partiel des départs en retraite (au mieux une embauche pour deux départs) et pousse à « l’industrialisation  de la production » pour faire face à la diminution des effectifs.

C’est cette logique productiviste et purement  comptable qui conduit la Direction de la CPCAM des Bouches du Rhône à présenter un plan de restructuration lourd de conséquences pour les assurés sociaux et le personnel.

 Ce projet, baptisé CPAM 2011/2013 prévoit notamment :

      •  La fermeture pure et simple de 10 centres de paiement sur les 29 existants (soit               plus   d’un tiers).

        Les 19 unités restantes deviendront des pôles spécialisés sur une seule activité, certains traitant la gestion du fichier assurés et la CMU, d’autres le paiement des indemnités maladie, maternité, accident du travail. Ces sites de production ne seront évidemment pas accessibles au public.

Quant aux professionnels de santé, ils ne seront plus gérés en fonction de leur lieu d’exercice mais de leur catégorie professionnelle.

 Fini donc le centre de paiement polyvalent gérant l’ensemble des risques et capable de répondre en direct à toute demande quelle qu’en soit la nature.

              D’autant que, dans le même temps, la Direction envisage de passer d’ici 2013 de 52 points d’accueil à 37 pour la plupart déconnectés géographiquement des sites de traitement des dossiers. Ce qui aura pour effet de rendre impossible la résolution immédiate des problèmes urgents.           

Cette restructuration en profondeur marque bien une rupture radicale avec une des composantes fondamentales de notre service public : le lien de proximité entre l’usager et son dossier.

 

 Dans ce jeu de massacre, les assurés sociaux de nos quartiers payent un lourd tribut.

 Ainsi jusqu’en 2008, les habitants des 1er, 2éme, 3éme, 14éme, 15éme et 16éme arrdts étaient couverts  par 6 centres de paiement ( Kléber, Burel, Le Canet, St Louis, St Henri, La Gavotte).

 En 2013 si le plan de la Direction aboutit, il ne restera plus que 2 plate-formes spécialisées

  Kléber (pour le traitement du fichier assuré et de la CMU)

• St Louis (pour le règlement des indemnités journalières maladie, accident du travail).

 Quant à l’accueil du public, il sera réduit à 3 sites contre 6 actuellement  ( fermeture des accueils du  Canet, de St Henri et de La Gavotte) .

 

Cette véritable saignée ne nous donnerait plus les moyens de répondre efficacement aux attentes et aux besoins d’une population massivement touchée par la précarité.

Dans ces quartiers de Marseille que des sociologues ont qualifiés de « trou noir social » nous sommes confrontés au quotidien à des demandes qui nécessitent :

-     une prise en charge spécifique et attentionnée prenant en compte les difficultés d’ordre social, culturel, linguistique….

-     une réponse immédiate dans les situations d’urgence sociale ou médicale (et elles sont nombreuses).

Et vous le savez bien, tout retard dans le paiement des indemnités de remplacement, dans l’accès aux droits où à la CMU peut avoir des conséquences dramatiques sur des publics déjà socialement fragilisés.

 

Le projet de la Direction de la CPCAM tourne le dos à ces exigences .Il contribue à éloigner  l’assuré social de son dossier et à casser l’image d’une sécurité sociale  proche des gens.

 

Pour ce qui concerne le  personnel, la création de plates-formes spécialisées est synonyme de mutations forcées mais aussi de disparition du métier de technicien de la sécurité sociale.

En effet la parcellisation des tâches va cantonner l’agent dans une activité voire une sous activité unique.

Cette organisation de type tayloriste censée améliorer la productivité (ce qui reste à prouver) se caractérise surtout par un appauvrissement du contenu du travail, la répétitivité des tâches, l’accroissement de la charge mentale et au bout du compte la démotivation.

La spécialisation  des techniciens génère une restriction de leur champ d’action et une perte de vision d’ensemble du dossier ce qui les conduit à s’interroger sur la nature et le contenu de leur relation avec l’assuré social devenu « client ».

 

Enfin, ce morcellement du travail permet d’isoler  des activités non qualifiées qui pourront être, à plus ou moins brève échéance, externalisées.

 

Le spectre des assurances privées n’est pas loin.

 

La situation nous a paru suffisamment grave pour vous alerter et vous demander de nous soutenir dans la bataille que nous engageons pour :

-le retrait de ce projet.

-le maintien de tous les  sites actuels (Kléber, Burel, Le Canet, St Louis, St    Henri, La Gavotte).

-le renforcement des effectifs pour un service public à la hauteur des besoins.

 

Dans les prochains jours, nous allons lancer une vaste campagne de sensibilisation des assurés sociaux sous la forme de tracts et de pétitions avec l’objectif de déboucher d’ici cet été sur des initiatives publiques.

Afin de toucher le plus grand nombre possible , nous adressons copie du présent courrier à l’ensemble des médias locaux.

 

Par ailleurs, nous souhaitons constituer un « comité de soutien » ouvert à toutes personnalités de la société civile et du monde politique, syndical ou associatif soucieuses de la défense du service public de Sécurité Sociale.

Vous y avez naturellement toute votre place si vous le souhaitez.

 

Merci de nous tenir informés des initiatives que vous comptez prendre pour soutenir notre démarche.

 Nous restons à votre entière disposition pour tout complément d’information .

 

Recevez, mesdames et messieurs, l’expression de nos salutations dévouées et citoyennes.

 

Le collectif des employés de Sécurité Sociale des quartiers nord.

 

 

 

Texte comité de soutien 24 avril, 2011

Classé dans : courriers, comité de soutien,tous les articles — collectifsecuquartiersnord @ 9:33

Le projet de restructuration élaboré par la Direction de la Sécurité Sociale porte une inquiétante logique de recul du service public.

En réduisant de manière drastique le nombre des centres implantés dans les quartiers nord de Marseille et de sa périphérie, en morcelant le dossier de l’assuré, il tourne le dos au principe de proximité garant d’un service public de qualité.

Nous refusons ce projet synonyme de régression sociale et de difficultés aggravées pour des milliers de familles dans l’accès aux droits et aux soins .

Nous soutenons les revendications du collectif des agents des centres de sécurité sociale:

-Maintien de TOUS les sites existants (Kleber, Burel, le Canet, la Gavotte, St-Louis, St-Henri) avec     leurs fonctions actuelles.

-Renforcement des effectifs pour un service public à la hauteur des besoins.

 

 

 

Appel à comité de soutien

Classé dans : courriers, comité de soutien,tous les articles — collectifsecuquartiersnord @ 9:31

Madame, Monsieur,

 

La direction de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie vient de présenter un projet de restructuration  lourd de conséquences pour les assurés sociaux et plus particulièrement ceux de nos quartiers (1er / 2ème / 3ème / 14ème / 15ème / 16ème arrondissements de Marseille, Septèmes, les Pennes Mirabeau).

En effet, comme nous l’avons précisé dans un récent courrier aux élus du secteur, la mise en œuvre de ce projet se traduirait par une nouvelle vague de fermetures de centres de paiement et de points d’accueil ainsi que par le morcellement du dossier assuré( voir les détails dans la lettre aux élus en pièce jointe).

Balayer ainsi  le lien de proximité entre l’assuré social et l’agent qui traite son dossier ne pourra qu’aggraver les difficultés d’accès aux droits et aux soins pour des familles déjà socialement fragilisées.

Nous sommes bien  en présence d’une logique de rupture avec les fondements de notre service public.

Déterminés à défendre cette formidable conquête qu’est la Sécurité Sociale, nous avons décidé d’engager une campagne de sensibilisation  des assurés sociaux de nos quartiers en leur proposant la signature d’une pétition.

C’est un vaste chantier qui nécessite le rassemblement et l’intervention de tous ceux et celles qui sont attachés à un service public de qualité et de proximité.

C’est pourquoi nous avons souhaité créer un comité de soutien ouvert à la fois aux organisations politiques et syndicales, au mouvement associatif et à des personnalités de la société civile.

Nous avons pensé que vous-même ou la structure que vous représentez avez toute votre place dans ce comité de soutien si, bien entendu, vous le souhaitez .

Vous trouverez en pièce jointe le texte servant de base à la déclaration de soutien.

Merci de nous faire connaître votre réponse dans les meilleurs délais possibles.

Nous sommes bien sûr à votre disposition pour tous compléments d’information.

 

Recevez, madame, monsieur, nos cordiales salutations citoyennes.

 

                                                            Le collectif des agents des centres de

                                                            Sécurité Sociale des quartiers nord.

 

Contacts :

Email : mailto:collectifsecuqn@laposte.net

 

PJ : copie courrier aux élus du secteur(députés, conseillers généraux, maires   d’arrondissement)  +  texte de soutien.           

 

 

Marseille : la Cpam restructure en fermant ses centres d’accueil 22 avril, 2011

Classé dans : articles de presse,tous les articles — collectifsecuquartiersnord @ 15:47

article paru dans la revue mutualiste VIVA le 18 avril 2011

La nouvelle inquiète à Marseille : le collectif des employés de Sécurité sociale a écrit aux élus et mobilise contre le projet de restructuration « CPAM 2011/2013 » menée par la Cpcam des Bouches-du-Rhône. 10 des 29 centres de paiement actuels doivent être fermés selon ce plan. Les centres restants seraient spécialisés sur une seule activité (fichiers, Cmu, paiements…) et non accessibles au public. D’ici 2013 explique le site humanite.fr le nombre de points d’accueil passerait de 52 à 37. Les quartiers Nord, socialement très défavorisés perdraient la moitié de leurs 6 points d’accueil.

Un dispositif, signale le collectif qui « aura pour effet de rendre impossible la résolution immédiate des problèmes urgents » de la population « dans ces quartiers de Marseille que des sociologues ont qualifiés de « trou noir social » ».

Les employés de la Sécu regroupés dans ce collectif annoncent « une vaste campagne de sensibilisation des assurés sociaux » et appellent à la création d’un comité de soutien « ouvert à toutes personnalités de la société civile et du monde politique, syndical ou associatif soucieuses de la défense du service public de Sécurité Sociale ».

 

 

 

CPAM pas aux petits soins pour la Sécu 20 avril, 2011

Classé dans : articles de presse,tous les articles — collectifsecuquartiersnord @ 9:04
La MARSEILLAISE 19-04-2011
 
 

La Caisse primaire d’assurance maladie du département redessine son implantation, ferme des sites et sépare les activités. Des employés de six arrondissements interpellent les élus.

La Caisse primaire centrale d’assurance maladie des Bouches-du-Rhône a débuté une mutation en profondeur pour atteindre les objectifs fixés par la Convention d’objectifs et de gestion (COG). Un projet baptisé « CPAM 2011-2013 » qui engage « l’organisme dans une réorganisation de ses activités de production et de service » et qui « vise à répondre aux enjeux prioritaires de performance globale et collective ». Construite et instruite par la direction de la Caisse, cette refonte a été validée en conseil d’administration et soutenue par les syndicats FO, CFTC et CFDT. La CGT, l’Unsa et la CGC ayant voté contre.
De 29 unités de gestion (sites de production) fin 2010, la CPCAM est passée à 26 en 2011 et poursuivra : 24 en 2012 et 21 en 2013. Soit la suppression de huit sites avec un redéploiement de l’activité et des agents. De même concernant les 52 lieux d’accueil. Il s’agit d’atteindre une cible de 37 en 2013.

Choix a été fait de séparer le back-office et le front-office, à savoir le traitement à proprement parler des dossiers et l’accueil pour ensuite organiser leurs déclinaisons. Rue du Camas par exemple, les usagers étaient reçus par des agents et lorsqu’il manquait une pièce, la proximité du service de gestion permettait d’obtenir des réponses. Le centre a fermé. « Les 350 agents ont donc été réaffectés sur Turcat-Méry et le Patio, explique Thierry Vidal, délégué syndical. Globalement la stratégie consiste à externaliser : les soins à l’étranger, à Vannes, les capitaux décès à Digne. La conséquence de ce plan c’est la suppression du lien que les assurés sociaux ont avec leur Sécurité sociale. A l’image de ce qui est prévu dans les quartiers Nord. » (lire ci-contre).
Pour moderniser les infrastructures, la CPCAM mise sur la vente de ses biens immobiliers : une surface totale de 23 627m² pour un montant des ventes estimé à 19,40 millions d’euros en 2011. Les sites concernés sont Saint-Henri, Bonneveine, le Camas, Cantini, Moulet, la Gavotte, Aubagne Boyer, Istres, Martigues et Salon-Michelet. Dans le même temps, les aménagements ou les transformations coûteront 9,6 millions d’euros dont 5,5 investis en 2011.
Le projet prévoit également la fermeture des maisons de la Sécurité sociale des Camoins, du Puy-Ste-Réparade et de Bouc-Bel-Air. Celles de la Rose et de Miramas deviendront des Espaces accueil services (EAS) en 2013, et Peyrolles, Trets, Lambesc et la Roque-d’Anthéron « seront reconverties en permanences ». Par ailleurs, sur les 13 permanences assurées seules celles de Bougainville, la Viste, la Bricarde, la Savine et Sausset-les-Pins seraient conservées.
Selon la CGT, le conseil (ex-CA) pourrait être amené à prendre position si le bilan à fin 2011 était négatif mais ce qui ne signifierait pas réouverture des sites fermés en 2011. Le président du conseil, M. Descamps, aurait indiqué qu’un bilan d’impact sur les usagers serait effectué. Pour l’heure, la CGT demande le retrait pur et simple « du projet CPAM 2011-2013, nuisible, et dont les conséquences pour le personnel et les usagers n’ont pas été anticipées ». Pour l’heure, la rationalisation ne déboucherait pas sur des suppressions d’emplois. Mais sur les 2 400 agents actuels, 16% seraient, à l’horizon 2013, à la retraite. Seules 70 embauches auraient été annoncées et « pas sur l’accueil ou les centres de paiement mais sur les pôles de production ».

 

123
 
 

louis crusol |
Force-Ouvrière Cordon Elect... |
Le journalisme autrement |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Flowers For Zoé
| Taire les Silences....
| AROSE - Mali