Collectif sécu des quartiers nord de Marseille

Défendons la sécu

 

CAF 13 / CPCAM 13 : mêmes causes ,mêmes effets. 22 mai, 2011

Classé dans : témoignages,tous les articles — collectifsecuquartiersnord @ 18:15

Dans une interview au journal La Provence parue le 16 mai le président de la CAF des Bouches du Rhône dénonce « la casse d’un service public essentiel ».Un témoignage édifiant dont nous publions les principaux extraits.

Du 16 au 27 mai, le public trouvera portes closes devant 12 des 14 accueils de la Caf des BdR. La raison de cette fermeture exceptionnelle ? Permettre aux agents de traiter le stock énorme de dossiers en retard.

Gilbert Chauvet, le président du conseil d’administration de la Caf explique pourquoi ce procédé radical a dû être utilisé. Il dénonce la réduction des moyens et met en garde contre « la casse d’un service public essentiel à la cohésion sociale ».

  • Pourquoi une telle mesure qui pénalise les allocataires?

« Tout simplement parce que nous n’avons pas le choix ! Il y a actuellement un stock d’au moins 41 000 dossiers en attente de traitement dans le département.Fermer les points d’accueil n’est pas normal, mais c’est la seule solution que nous pouvons mettre en oeuvre pour résorber ce retard ».

  • S’agit-il d’un dysfonctionnement ponctuel ou d’un problème plus profond?

« Les Caf, et particulièrement celle des Bouches du Rhône, sont lourdement pénalisées par les réductions de moyens imposées par le gouvernement dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Il est normal d’être très rigoureux lorsqu’on manipule l’argent public, mais on arrive à la limite du supportable. D’autant que, parallèlement, la charge de travail des agents devient de plus en plus lourde …Moins de moyens, plus de travail : cela se traduit inévitablement par une réelle détérioration du service public. C’est à juste titre que le rapport du médiateur de la République Jean Paul Delevoye parle de « burn out « social : partout en France, la situation est tendue.Ici cela devient particulièrement inquiétant car le travail de la Caf est indispensable au maintien de la cohésion sociale ».

  • En quoi le travail des agents de la Caf des BdR est-il différent?

« Dans un département frappé comme le nôtre par le chômage et la précarité, la Caf a un rôle essentiel d’amortisseur social .Nous distribuons chaque année 2 milliards d’euros de prestations à 380 000 allocataires. Pour beaucoup, les prestations censées être complémentaires, comme l’allocation logement, constituent le revenu principal. Le moindre retard dans le traitement de ces dossiers peut donc avoir des conséquences très graves pour ces allocataires.Ajoutez à cela les difficultés d’accès au droit pour certaines populations mal informées ou qui ne maîtrisent pas le français. Le montage de ces dosiers nécessite évidemment plus de temps. Nos agents ne peuvent pas tenir la moyenne de 10 minutes par entretien édictée au niveau national.Ou alors , l’allocataire doit revenir, et c’est alors 3 fois 10 minutes.

Face à toutes ces difficultés, la Caf des BdR a encore perdu 16 postes cette année. Nos agents d’accueil ont beau être très motivés, et souvent très patients, leur travail devient très difficile.Quant aux allocataires, c’est pour eux la double peine car à leurs difficultés financières s’ajoute une moindre efficacité des services publics ».

  • La fraude et les abus aux allocations ont récemment fait polémique après les déclarations de Laurent Wauquiez. Qu’est ce que cela représente ici ? 

« Le problème reste très marginal. 99% des gens qui sont au RSA n’ont pas le choix . Les fraudes identifiées  représentent moins de 2% du montant des prestations que nous versons. Même s’il est inadmissible de tolérer le moindre versement indu d’argent public, la réalité est souvent amplifiée à des fins démagogiques. Je pense , comme Roselyne Bachelot, qu’il n’existe pas de cas de figure permettant de gagner plus d’argent en ne travaillant pas ».

  • Les pouvoirs publics ont-ils conscience de ces difficultés de fonctionnement?

« Malgré toutes les requêtes que l’on peut faire, les vrais problèmes ne sont pas traités. C’est à se demander si l’on ne cherche pas à nous privatiser….

Depuis 30 ans, la politique  familiale pérenne qui a été menée en France a pourtant porté ses fruits .C’est largement grâce à elle que nous sommes le pays d’Europe où le taux de fécondité est le plus fort, assurant le renouvellement des générations ».(fin de l’interview).

Il a de soi que toute similitude avec la situation présente et à venir de la CPCAM des BdR n’est pas le fruit du hasard mais bien d’une même logique de gestion qui tourne le dos au service public.

 

NDLR : Gilbert Chauvet, outre ses fonctions de président de la Caf des BdR, est président de l’union régionale CFE/CGC Paca. Cette organisation est la seule, avec la CGT et l’UNSA, à avoir rejeté le projet CPAM 2011/2013.

 

 

 

Commenter

 
 

louis crusol |
Force-Ouvrière Cordon Elect... |
Le journalisme autrement |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Flowers For Zoé
| Taire les Silences....
| AROSE - Mali